Transformation numérique ou digitale : est-ce vraiment la même chose ?

Avr 20, 2021Transformation Digitale

Accueil » Blog » Transformation numérique ou digitale : est-ce vraiment la même chose ?

Transformation numérique et transformation digitale sont bel et bien deux concepts différents ?

Le monde se divise en deux catégories : ceux qui disent « numérique » et ceux qui préfèrent utiliser le mot « digital ». Entre les deux, le débat fait rage, presque autant qu’entre les tenants du « pain au chocolat » et les défenseurs de la « chocolatine ». Or, même si ces notions sont régulièrement utilisées comme des synonymes, parce que difficiles à distinguer, elles ne recouvrent pas tout à fait la même chose. Notamment quand il s’agit de parler de « transformation numérique » ou de « transformation digitale » au sein des entreprises. Et si on tranchait définitivement la question ?

Transformation numérique VS transformation digitale : un problème conceptuel plus que sémantique

« Qu’est-ce que la transformation digitale ou numérique ? » (Journalducm.com) « La transformation digitale ou numérique : définition et enjeux » (Comexplorer.com). Il suffit de consulter quelques articles sur le web pour constater que ces deux expressions sont volontiers employées pour signifier la même chose. Est-ce à dire qu’il y a vraiment un flou et que tout le monde est perdu ? Ou est-ce une façon de simplifier les choses ?

Crevons l’abcès tout de suite : non, les deux termes – numérique et digital – n’ont pas le même sens. « Numérique » s’oppose à « analogique », qui est lui-même une autre façon de dire « digital » (en rapport avec l’usage des doigts)… En théorie, ils seraient donc des antonymes ! Mais l’usage en a décidé autrement, en leur conférant des sens proches avec des acceptions différentes. « On parle d’industrie numérique et de pratiques digitales (…). La numérisation renvoie au changement de support de données, à sa dématérialisation, et la digitalisation à la communication via des supports immatériels, à l’accès au digital. » explique Anthony Mathé, docteur en sciences du langage et en sciences de la communication sur le Blog du Modérateur. C’est la clé de la différenciation entre les deux termes : le numérique désigne les valeurs techniques, le digital les valeurs d’usage.

On retrouve cette distinction dans les expressions « transformation numérique » et « transformation digitale », qui forment deux concepts liés, mais différents.

  • La transformation numérique désigne l’ensemble des changements apportés par l’informatique (les « nouvelles technologies de l’information et de la communication », comme on les appelait autrefois), puis par Internet depuis le début des années 90. Dans le contexte d’une organisation, la transformation numérique recouvre les technologies utilisées pour dématérialiser le travail, notamment l’intégration d’outils informatiques et d’appareils connectés, la communication par les e-mails et les messageries, la mise en place de réseaux internes, l’emploi de supports web (sites internet, blogs, réseaux sociaux…), le passage du stockage physique au stockage virtuel, etc.
  • La transformation digitale renvoie au processus qui consiste, pour une organisation, à métamorphoser ses activités à l’aune des nouvelles technologies. L’expression s’est démocratisée avec l’évolution des usages liés au web, qui ont contribué à changer les manières de travailler. Il ne s’agit plus d’implémenter un outil, mais de l’utiliser d’une certaine manière – dans le sens d’une « pratique digitale ».

De sorte que la transformation numérique a une dimension matérielle, tandis que la digitalisation revêt un aspect opérationnel. La seconde passe forcément par la première, mais l’inverse n’est pas vrai : on peut numériser ses documents et employer des outils web sans pour autant changer sa manière de fonctionner.

La digitalisation : une révolution plus qu’une simple évolution

Dans une organisation, la transformation digitale imprime un changement radical sur les plans de l’activité, de la stratégie opérationnelle, de la technique, des métiers, mais aussi de la culture. Comme si l’on décidait de basculer d’une langue à l’autre au sein d’une entreprise, par exemple du français au suédois. C’est l’ensemble des processus qu’il faudrait revoir à l’aune de cette modification.

Alors que la transformation numérique peut avoir lieu en surface, la transformation digitale s’immisce dans les processus internes de l’organisation et change la façon dont les collaborateurs exercent leur métier – pour aller dans le bon sens (celui du gain de temps et d’efficacité, de la satisfaction client, de la compétitivité). Plus qu’une simple évolution, c’est bien là une révolution à part entière.

Cette transformation tient compte des révolutions successives engendrées par Internet : communication en temps réel, mobilité totale (pouvoir se connecter depuis n’importe où, n’importe quand), travail à distance, etc. La plus spectaculaire concerne sans doute l’exploitation de la donnée, avec ses innombrables bénéfices et sa capacité à créer des emplois qui n’existaient pas cinq ans plus tôt, comme « data analyst », « data scientist » ou « Chief Digital Officer ».

De nouveaux usages : un exemple avec la gestion des processus métiers

Le propre de la transformation digitale, c’est donc la création de nouveaux usages. Le meilleur exemple récent, au sein des organisations, c’est le rôle dévolu à la gestion des processus métiers (BPM) : la modélisation des processus internes en vue de gagner en agilité, en efficacité et en productivité. Les outils BPM ont ainsi créé une vraie rupture dans l’organisation des entreprises, qui témoigne de la manière dont la digitalisation modifie les habitudes et les façons de fonctionner.

Or en entreprise, il est tout sauf facile de changer les usages. La digitalisation est encore souvent perçue comme un risque plutôt que comme une opportunité ; une résistance au changement tout à fait naturelle, qu’il faut vaincre non par la contrainte, mais par une phase de sensibilisation préalable et par une prise de conscience collective. Car tout le monde, au sein de l’organisation, doit participer à la transformation digitale, pour que tout un chacun puisse en tirer profit.

Désormais, c’est très clair : « transformation numérique » et « transformation digitale » sont bel et bien deux concepts différents, bien que complémentaires. Mais le plus dur reste à faire : savoir s’il faut dire « pain au chocolat » ou « chocolatine » !

Articles qui pourraient vous intéresser :

4 exemples de transformations numériques réussies

4 exemples de transformations numériques réussies

Votre entreprise amorce le virage du digital ? La transformation digitale est un incontournable pour rester performant, garder une longueur d’avance sur la concurrence, et améliorer la satisfaction client. C’est aussi un défi majeur, qui nécessite de...

lire plus